G a l e r i e B o r d a s

San Marco 1994/B

I - 30124 VENEZIA

Tel +(39) 0415224812

galeriebordas@yahoo.it




VICTOR BRAUNER L'ILLUSTRATEUR

Né en Roumanie en 1903 le peintre Victor Brauner s'installe à Paris en 1930. Dès 1924 il présente ses oeuvres en Roumanie dans une revue dont il est l'éditeur et qui n'aura qu'un numéro : 75 H.P. Il y développe déjà sa vision de la « picto-poésie ». Un premier voyage à Paris, en 1925 lui permet de découvrir De Chirico et les autres peintres surréalistes. De sa période roumaine existent des illustrations pour des revues ou des textes ; cette partie de son travail d'illustrateur fait l'objet d'une autre approche devant donner lieu à publication. En 1933, il illustre pour la première fois un ouvrage collectif Violette Nozières en compagnie d ' autres peintres surréalistes. En 1934 a lieu sa première exposition à la galerie Pierre. André Breton préface le catalogue. En mai 1940, il grave un frontispice pour le recueil de poèmes Frappe de l'écho de son ami Robert Rius. C'est dans la famille de ce poète que Brauner trouve un premier refuge pendant la guerre. Il sera caché un certain temps, en Provence, par René Char. En 1946, il illustre Main forte de Benjamin Péret de cinq dessins en hors-texte. En 1947, il participe à l'Exposition intenationale du Surréalisme, à la galerie Maeght et contribue par une lithographie à l'illustration du catalogue Le Surréalisme en 47. Il contribue, avec une eau-forte aquarellée, à l'album Brunidor 2 . En raison du retard pris par certains artistes l'album sera publié en 1952 . En 1949 il illustre de trois eaux-fortes le livre d'Yvan Goll Le Char triomphal de l'antimoine. En 1954 Sarane Alexandrian publie Victor Brauner l'illuminateur. Le tirage de tête comprend un frontispice gravé à l'eau-forte. En 1958, Brauner illustre d'une eau-forte Ce château pressenti de Gherasim Luca. En 1961, il participe à l'illustration d'un autre texte de Gherasim Luca L'Extrême-occidentale, en compagnie d'autres artistes. En 1962, il participe de nouveau collectivement à l'illustration du livre de Pierrre Mabille Le Miroir du merveilleux . La même année il illustre de six eaux-fortes le texte d'Alain Jouffroy Tire à l'arc. Toujours en 1962 est publié un album comprenant sept gravures avec un texte en regard Codex d'un visage. En 1963, il participe, avec une lithographie en couleurs, à l'illustration du numéro 22 de la revue XX e Siècle. En 1963, il contribue une dernière fois à un album collectif avec une eau-forte Les précurseurs de l'avant-garde : le surréalisme. Victor Brauner meurt en 1966 ; il est inhumé au cimetière de Montmartre ; sur sa tombe est inscrit un texte extrait de ses carnets :

PEINDRE C'EST LA VIE, LA VRAIE VIE, MA VIE

Lucien Désalmand, Paris 2009


Galerie Bordas, Victor Brauner

Victor Brauner

Victor Brauner l'Illuminateur, 1954

Eau-forte (17x12 cm)

Épreuve d'essai (non signée) en noir

sur papier 24,5x18,4 cm

(au verso, note de Jacqueline Brauner

Retour Autres artistes